twitter facebook
Tous les projets

  > Yo Land

Darya von Berner est une artiste qui aime dévoiler, coûte que coûte, ce qui logiquement se dérobe au regard. Dernièrement, elle s’est passionnée pour le vieux conte provençal de La Fille du roi René: née aveugle, la princesse Yolanda ne regrette point de ne pas voir, puisqu’elle ignore jusqu’au sens de ce mot. Seul l’amour finira par lui ouvrir, littéralement, les yeux.
Le personnage avait déjà séduit Tchaïkovski qui, en 1888, lui consacrait un opéra éponyme. Cent vingt-huit ans plus tard, Darya von Berner rend d’ailleurs hommage au compositeur, en intitulant Yo Land une performance lyrique qui mêle théâtre, danse et opéra.

Début mai, lors de la Nuit de la Culture de Belval et d’Esch-sur-Alzette, qui coïncidait avec l’anniversaire du compositeur, né le 7 mai 1840 , le public en a eu un premier aperçu. Accessible jusqu’à minuit pour une visite nocturne, le haut fourneau A servait alors de cadre inédit pour le Airoso de la princesse Yolanda, chanté en avant-première par la soprano Anahita Ahsef (accompagnée au piano par Richard Wieser). 
Début juillet, lors de la Fête des hauts fourneaux, trois autres chanteurs: Felipe Rojas Velozo, Sergey Kovnir et Boris Grappe, accompagnés au piano par Tatsiana Molakava, rejoindront Anahita Ahsef dans une déambulation scénique qui entraînera le public. Le bassin aquatique situé derrière la massenoire évoquera le jardin médiéval où Yolanda vit recluse, se doutant à peine qu’elle rate quelque chose d’essentiel, accessible à tous ceux qui l’entourent… 

À travers le cheminement initiatique de la fille du roi René, Darya von Berner met en évidence l’analogie avec cette modernité qui touche aujourd’hui à sa fin, faute d’avoir compris ce qui lui échappait. C’est pour souligner ce subtil dialogue entre l’ancien monde et le nouveau monde, entre l’être humain et la machine, entre la nature et la culture, que les voix des chanteurs résonneront en live à Belval, mais seront également reproduites par le biais d’une vidéo filmée lors de la répétition générale et assortie d’un audio-guide pour smartphones. Ce dispositif permettra de découvrir, en surimpression, les scènes de l’opéra et les lieux qui leur servent de décor. La réalité des hauts fourneaux et celle de l’opéra Yo Land se superposeront ainsi sur le plan de la fiction, faisant naître ce que l’artiste appelle « une confusion inspirante pour les visiteurs ».